Archive pour la catégorie 'Histoire de la terre d’Avesnes'

Histoire de la terre d’Avesnes

Histoire de la terre d’Avesnes :

La terre d’Avesnes fut érigée en pairie héréditaire vers 1076, par la comtesse Richilde. Après avoir été durant près d’un siècle tenue par les descendants mâles de Wédric, elle échut au commencement du XII éme siècle à Gossuin d’Oisy, surnommé « le Borgne « .

Gautier 1er d’Oisy, dit Plukel ou le Beau, son neveu, lui succéda et prit comme son oncle le nom d’Avesnes qui passa a la postérité.

Son fils unique, qui lui succéda vers 1140, et qui fut lui aussi surnommé « Plukel », fit bâtir, vers le milieu du XIIéme siècle le château fort d’Anor dont nous parlerons plus tard. Peu d’années après, il accorda, de concert avec sa femme et son fils Jacques une charte de commune aux habitants d’Anor. Ce document important fera l’objet du chapitre suivant.

La terre d’Avesnes passa en 1346 dans la maison de Châtillon en la personne de Jean, dont la mère, Marie d’Avesnes, avait épousé Hugues de Châtillon, comte de Saint-Pol.

Françoise de Châtillon, dite aussi Françoise de Bretagne, porta, cette terre en 1470 dans la, maison d’Albret; par son mariage avec Alain d’Albret.

Une de leurs filles, Louise de Châtillon, épousa en 1495 Charles de Croy, premier prince de Chimay, qui devint dès lors seigneur de la terre et de la paierie d’Avesnes. C’est ainsi qu’Anor passa sous la domination de ces  » de Croy « , princes de Chimay, sans jamais faire partie de cette principauté.

Alliée par la suite aux d’Aremberg, cette branche de Croy s’éteignit en 1686 et ses biens, entre autres les terres de Chimay et d’Avesnes, entrèrent dans la famille   d’Hénin-Lietard, en la personne de Philippe Antoine de Hénin-Liétard, dit d’Alsace, cousin germain des derniers de Croy, lequel n’accepta la succession que sous bénéfice d’inventaire. La terre et paierie d’Avesnes échut à son fils qui la posséda jusqu’ en 1706, époque où elle fut adjugée pour dettes, par un arrêt du Parlement, à Philippe II, duc d’Orléans, de qui elles passèrent de père en fils jusqu’à Philippe d’Orléans, « dit Egalité », l’une des victimes de la Révolution.

Publié dans:Histoire de la terre d'Avesnes |on 12 juillet, 2014 |Pas de commentaires »

L'ATELIER NOMADE |
Mes premières créations |
plume d'ange |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | studioaerogaz
| psykotronik
| EME PEINTRE