M. René Libert : Constructeur de sa première voiture

Libert

M.  LIBERT et son épouse, à bord de la voiture qu’il avait construite.

Pour être un fervent de la voiture, M. René Libert en est un… En effet, voici son épo­pée.Il est né le 12 février 1885, en Belgique  et habitait Anor depuis 1950, au 78, rue de Milourd. Il a été chauffeur de maître durant 13 années à Charleroi (Belgique), chez M. Dufrane et 7 années à Vitry-sur-Seine, chez M. Breton.

A son retour à Anor, il travailla aux Aciéries et Forges. Avant 1910, M. René Libert était déjà motorisé. Pour ceux qui ont vécu ces époques hé­roïques du moteur à explosion, les souvenirs sont savoureux. C’étaient de véritables pionniers que ces précurseurs de nos mo­tos actuels .« Je courais en la poussant pour la mettre en route, nous dit M. René Libert Parfois, el­le partait du premier coup, et alors je tombais sur le derrière au milieu de la chaussée et ma moto un mètre plus loin ; par­fois, je courais bien longtemps et en vain. Ce n’était pas un jour faste, mais cela faisait ri­re mes camarades ».

« Bref, je décidais de trans­former cette moto, en voitu­re : moteur essence. On appe­lait cela, alors, une 2 CV 3/4  de  « Dion-Bouton » ; mais ce n’était pas les 2 CV de main­tenant. Il n’y avait pas encore de changement de vitesse.D’ail­leurs, la vitesse maximum ne dépassait pas le 30 à l’heure ».

« Pour démarrer, c’étalibert portraitit une autre histoire. Il y avait un levier à crans : identique aux freins  à main actuels. Grâce à lui, on reculait l’essieu arrière ou on le rapprochait ; ce qui tendait la courroie reliant le moteur aux roues arrière. Quand cette courroie de trans­ mission était détendue, on l’en­levait et on mettait à sa place, au moteur, une autre petite courroie. Le chauffeur tirait sur cette dernière, comme sur un kick, pour mettre en route. Mais on pouvait parfois recom­mencer de nombreuses fois avant de réussir la mise en route ».

Voilà ce que nous a compté M. Libert en parlant des an­nées 1910-1914. Mais il ne garda pas longtemps sa voiture et peu après il rachetait celle de son patron : une petite « Darracq » de 6 CV ( Voir Ici)

Mais ce qui est encore bien surprenant, c’est que M. Libert avait son permis de conduire depuis le 3 septembre 1914 et n’a jamais eu d’accident ni de contravention… et qu’il roulait encore   avec un 4 CV, conduisant en promena­de sa femme et aussi un beau et bon chien.

 

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

L'ATELIER NOMADE |
Mes premières créations |
plume d'ange |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | studioaerogaz
| psykotronik
| EME PEINTRE